La Comtesse Écarlate

Quatrième de couverture:

Dans le royaume de Beldigan, la terrible comtesse Écarlate, qui rejette un nuage glacé à chaque expiration, exige la capture d’Altessa. Elle se tourne vers Liséa, la reine de la famille Rainier, pour la débusquer et la ramener à son manoir. La comtesse désire en apprendre davantage sur un sortilège unique permettant d’arrêter complètement le temps et dont seul Altessa maîtrise les rudiments. Les Rainier, dont la puissance demeure incontestée, se font un nouvel ennemi en la personne de Célia, la mère d’Altessa. Par amour, cette redoutable enchanteresse se dresse devant une armée et, telle une braise dans la tempête, se change en feu vindicatif. Pendant ce temps, des forces méconnues tentent de profiter des conflits pour réclamer un monde qui fut jadis le leur.

Extraits:

En se rapprochant du manoir Sébaste, Vantelme fut accueilli par une giboulée. Considérant sa sinistre propriétaire, ce temps semblait approprié.

Il était difficile de comprendre la tristesse définissant cette région. Était-ce causé par des éléments naturels obstinés ou par une magie indétectable? Le jour n’était que grisaille ; les nuages ballonnés dressaient une muraille bloquant continuellement le soleil. Les murs de pierre du manoir brillaient d’une laque épaisse, comme s’ils étaient vivants et exsudaient une sueur révoltante.

* * * * *

Dans l’abysse le plus sombre, une chose qui échappait à toute définition, étant à la fois une créature physique et une forme abstraite, fut troublée par cette onde de choc invisible.

Son existence remontant à si longtemps que son évolution l’avait transformée à un niveau méconnaissable depuis sa naissance. Elle avait transcendé sa condition pour devenir plus complexe en luttant continuellement contre la notion d’aboutissement. Cette chose sophistiquée et incomplète remua. On aurait cru qu’elle allait se réveiller, mais, finalement, elle se détendit et replongea dans un sommeil si profond qu’elle en paraissait morte.

* * * * *

En admirant les pages, Lilian avait été conquis. La beauté des mots dépassait celle des images composant le quotidien. Il avait été témoin de l’extraordinaire dans un langage si étudié et si riche qu’il en devenait perfection. En partageant ses secrets, le livre avait converti Lilian à sa cause.