Anya

Quatrième de couverture:

1605
En Écosse, les forces impitoyables de Jacques Ier ont l’ordre d’éradiquer les sorcières Cyrielle Isère et Anya Septhe. Les deux femmes ont aussi le démonologue Adelphe Eudes sur leurs traces. Seulement le feu des sorcières peut brûler la forêt dotée d’une conscience cachant l’arbre qui porte les fruits du péché originel. Laquelle est la bonne ? Laquelle permettra à Adelphe de s’amender de ses fautes et de changer la face du monde ? Selon la légende, celui qui mange un fruit de l’arbre mythique peut précipiter la mort des pécheurs en infligeant et dirigeant la pestilence.

2015
À Montréal, les routes du psychiatre Laurens Corentin et de Norah Isère sont destinées à se croiser. L’étincelle du passé engendrera-t-elle, dans l’avenir, une flamme réconfortante, un espoir d’amour, ou une désolation érigée sur les cendres ?

Extraits:

ÉTÉ 1605

Cyrielle revoyait Adrien déverser son fiel sur les sorcières. Sans le savoir, il en avait une en sa présence et ce qui s’était brisé durant ces conversations ne pourrait jamais être rétabli.

– Je dois rester loin de toi et de notre enfant, dit-elle d’une voix chagrinée, mais résolue.


La tristesse écrasa le courroux d’Adrien. Les mots ne pourraient exhorter sa femme à changer d’idée, et leur amour semblait tout aussi incapable de la retenir.

– Alors tu devras dire au revoir à ta fille.

– Non. Je n’aurai pas le courage.

– Et je ne t’en donnerai pas. Si je dois lui annoncer la nouvelle, je lui dirai que tu es morte et… c’est ce que je croirai aussi afin de vivre sans toi.

* * * * *

HIVER 2015

Durant leur dernière conversation au téléphone, le psychiatre avait discuté avec une totale absence d’affection. Il n’entretenait aucune culpabilité pour son détachement et ses réponses laconiques. Un témoignage de compassion serait un mensonge éhonté et son ex-femme en aurait été plus meurtrie. L’aimait-il encore? Laurens avait de la difficulté à trouver une réponse. L’amour des êtres chers devenait secondaire à l’obsession. Il n’était pas conditionné par la cruauté. Son ex-femme aurait dû comprendre depuis longtemps que ses appels chagrinés ne parvenaient pas à l’attendrir. Ce qui existait de sincère entre eux était de l’ordre des souvenirs, et ils ne seraient que plus douloureux si elle cherchait à les revivre auprès de lui.